Tradition baha'ie - Le monde de Belissor

Tradition baha’ie

Derniers articles

  • Martyre du BabLire la suite de «Martyre du Bab»

    , par I. Cardot

    Le 9 juillet, la communauté Baha’ie commémore par des lectures et des prières l’exécution du Bab à Tabriz en Iran en 1850.
    Les restes du Báb reposent dans ce mausolée situé sur le Mont Carmel à Haïfa (Israël). Le mausolée du Báb est l’un des principaux lieux saints bahá’is.
    Pour lire le récit de cette  (...)
  • Naissance du BabLire la suite de «Naissance du Bab»

    , par I. Cardot

    Siyyid ’Ali-Muhammad est né à Shiraz en Iran le 20 octobre 1819.
    Devenu marchand, il adopte le titre de "Báb", qui signifie "entrée" ou "porte", en arabe. Il explique qu’Il est venu pour ouvrir la voie à la révélation universellement anticipée par Dieu à toute l’humanité et annonce l’arrivée imminente  (...)
  • RidvanLire la suite de «Ridvan»

    , par I. Cardot

    Durant douze jours chaque année, du 21 avril au 2 mai, la communauté Baha’ie célèbre la fête de Ridvan.
    Cette fête commémore le moment où, en 1863, Bahá’u’lláh s’est présenté en qualité de messager de Dieu. Il est depuis connu comme le prophète-fondateur de la foi bahá’íe.
    Pour en savoir plus sur la  (...)
  • Now RouzLire la suite de «Now Rouz»

    , par I. Cardot

    Le Bab a choisi la date du 21 mars, commencement du printemps, pour célébrer la nouvelle année.
    En 2011, c’est le début de l’année 167 après la proclamation du Bab en 1844.
    Pour en savoir plus sur le calendrier Baha’ie et la fête du nouvel an :  (...)

Citations

  • Chögyam Trungpa Rinpoché

    "Devenir un guerrier spirituel signifie que nous sommes capables d’échanger notre poursuite mesquine de sécurité contre une vue plus vaste, faite d’audace, de largeur d’esprit et d’héroïsme authentique."

  • Frère Roger de Taizé

    "Notre passé est enfoui dans le coeur de Dieu, et de notre futur, Dieu a déjà pris soin. Si tous se disposaient à cette confiance, chaque jour s’éclairerait comme une nuit de Noël."

  • Mère (d’Auroville)

    "On peut, un jour, en regardant en arrière, voir que tout ce qui est arrivé, même ce qui nous paraissait le pire, était une Grâce divine pour nous faire avancer sur le chemin."