Saint Benoît - Le monde de Belissor

L’ensemble de la communauté bénédictine fête le 11 juillet, son fondateur
Saint Benoît de
Nursie.

"Il y eut un homme de vie vénérable, Benoît, béni non moins par la grâce que par
le nom qu’il
portait. Il eut dès l’enfance le cœur d’un ancien : sa conduite était au dessus
de son âge, et jamais
il ne se livra aux attraits du plaisir ; mais tandis qu’il était encore en cette
terre, alors qu’il
aurait pu en prendre à son aise et jouir de ses biens qui ne durent qu’un temps,
il dédaigna déjà,
comme s’il eût été desséché, le monde dans sa fleur.

Il était issu d’une famille distinguée de la région de Nursie, et c’est à Rome
qu’on l’envoya se
livrer, selon son rang, à l’étude des lettres. Mais voyant nombre de ses
condisciples se laisser
glisser sur la pente des vices, à peine eut-il posé le pied, si j’ose dire, pour
entrer dans le
monde, qu’il le retira, craignant, s’il touchait seulement à sa science, de
tomber lui aussi tout
entier dans le gouffre béant.

Ainsi dédaigna-t-il l’étude des lettres, abandonna maison et fortune
paternelles, et se mit, par
désir de plaire à Dieu seul, en quête de l’habit monastique. Il se retira donc,
sciemment ignorant,
renonçant par sagesse à la culture.

Je n’ai pas été instruit de toutes ses actions, mais le peu que j’en raconte, je
le tiens de quatre
de ses disciples qui me l’ont rapporté : le révérendissime Constantin, qui lui
succéda dans le
gouvernement du monastère ; puis
Valentinien, qui pendant de nombreuses années fut à la tête du monastère du
Latran ; Simplicius, qui
fut le troisième après lui à diriger sa communauté ; Honorat enfin, qui
actuellement encore est à la
tête de la maison où il avait d’abord mené la vie monastique."

Voici le prologue de la biographie de Benoît de Nursie écrite par Saint Grégoire
le Grand. Vous en
trouverez la suite sur le site de l’abbaye de Solesmes.

Saint Benoît est le patron de l’Europe.