Le monde de Belissor
Accueil du site > Du côté professionnel... > Directeur d’école à Paris ! > Un intérim de direction ! > Tout commence au téléphone !

Tout commence au téléphone !

Après avoir passé vos vacances de Toussaint en brasse coulée dans un flot de lois d’orientation, de décrets d’application et autres circulaires toutes plus essentielles les unes que les autres, vous avez été propulsé quelques instants sur un petit nuage euphorisant lorsque vous avez appris votre inscription sur la très convoitée "liste d’aptitude à la direction d’école" parisienne...


... puis, vous avez retrouvé votre cahier-journal, votre craie et votre stylo rouge et votre vie de professeur des écoles a repris son cours doucement mais sûrement.

Quelques mois plus tard, sans aucun signe avant-coureur, votre portable sonne : un numéro inconnu s’affiche et Madame X. du Rectorat - non, nous l’appellerons plutôt Madame Z. - vous propose de prendre l’intérim de direction de l’école de la rue Y. Elle ajoute que vous devez lui donner une réponse demain au plus tard et que le poste est à pourvoir... tout de suite.

Vous venez de raccrocher. Vous constatez immédiatement pour votre pouls s’est emballé. Vous restez sans voix. Sans réaction apparente. Terrassé. Alors que cent mille questions vous traversent : Dois-je accepter cet intérim ? Certes, je peux en refuser deux mais au troisième je perds ma place dans l’ordre de priorité de la Liste d’aptitude ? Et la sortie prévue la semaine prochaine avec ma classe ? Que vont dire les parents ? Etc.


Mais, laissons chacun dérouler sa liste de questions et y répondre selon son entendement du moment.


Le conseil pratique que l’expérience impose ici consiste à revenir calmement vers votre téléphone et à y enregistrer le numéro de Madame Z. qui vient de vous appeler.

D’abord parce qu’il vous faudra la rappeler pour donner votre réponse.

Et puis, parce qu’en cas de refus de cette proposition, il est probable qu’elle vous rappellera dans quelques temps. Ainsi, son nom apparaîtra sur votre écran avant que vous ne décrochiez... ou pas, si vous êtes alors à la caisse du super-marché. En effet, c’est le genre de coup de fil qu’il est périlleux de prendre lorsque l’on a le téléphone coincé entre l’oreille et l’épaule, la carte bleue en main et le petit dernier gesticulant dans le siège du caddie !

Ce n’est qu’un détail, mais dans la gestion du stress lié à ces moments particuliers, il a son importance ;-)

La suite de ce dossier : Vous venez de dire : OUI !

Cette page a déjà été visitée 775 fois.




| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | | Espace privé | SPIP | squelette |