Le monde de Belissor
Accueil du site > Fêtes religieuses > Tradition chrétienne > Les saints des premiers temps > Saints du IIIe siècle > Saint Aphrodise

Saint Aphrodise

Fête le 28 avril

Une belle légende présente les premières années de la vie de saint Aphrodise.

Il aurait eu le bonheur de loger chez lui, en Egypte, la Sainte Famille fuyant les massacres d’Hérode.


Apprenant les merveilles réalisées par son ancien hôte, il vint l’entendre en Judée et suivit Pierre jusqu’à Rome.

Il y rencontra Paul qui désirait partir en Espagne et c’est à ce moment qu’il devint évêque de Béziers. Selon cette version de sa vie, il serait décédé en l’an 65.

Au XVIe siècle qu’une nouvelle mouture de la légende apparait et sa décapitation, ainsi que celle de ses 3 disciples est relatée. Selon cette version, sa vie se situe vers l’an 250.

C’est à la même époque, et pour la première fois, qu’il est fait mention de son fidèle chameau. L’évêque de Narbonne l’aurait consacré premier évêque de Béziers. La date de son exécution est alors fixée au 28 avril.

Il aurait été décapité sur la place Saint-Cyr à Béziers et sa tête jetée dans un puits. Soudain les eaux seraient remontées jusqu’à la margelle et le saint aurait retrouvé sa tête. La portant entre ses mains, il se serait dirigé vers l’extrémité septentrionale de la ville.

Sur son parcours les gens répandaient des escargots et le saint les effleurait sans en écraser aucun. Au carrefour dit aujourd’hui du Saint-Esprit, des tailleurs de pierre raillèrent le saint en le voyant passer et le traitèrent de fou.

Dieu les punit de leur irrévérence en les pétrifiant sur place et en maintenant leurs cous tordus dans l’attitude où ils se trouvaient (le souvenir de la vengeance divine fut perpétué par la représentation de neuf têtes de pierre rangées en saillie dans la muraille de l’ancienne Abbaye du Saint-Esprit et la rue prit de cette circonstance le nom de "Rue des Têtes").

Arrivé au bout de la ville, saint Aphrodise s’ensevelit dans la grotte où il avait coutume de se rendre et qui n’est autre que la crypte de l’église actuelle.

Ses reliques ont longtemps été utilisées en procession afin de calmer les calamités "divines" telles la sécheresse ou les épidémies de peste.

Chaque année, une procession mettant en scène son chameau a lieu dans les rues de Béziers.

Pour en savoir plus :
- http://www.sunnyfrance.net/histoire...
- http://www.france-pittoresque.com/t...
- http://www.tourinfos.com/fr/r0011/d...

Cette page a déjà été visitée 1046 fois.




| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | | Espace privé | SPIP | squelette |